Gobee : Vandalisme massif ou manipulation ?

L’information fait la une de la presse française, mais également internationale, ici ou : Gobee, la start’up venue de Honk-Kong spécialisée dans la mise à disposition de vélos en libre service a décidé de quitter la France, les vélos ayant été vandalisés en nombre au-delà du raisonnable, rendant le maintient du service impossible, selon les dirigeants de l’entreprise.

Oui, selon les dirigeants de l’entreprise, car aucune preuve n’est apportée à ces allégations, aucun élément de vérification n’est offert, la presse et les commentateurs n’ayant pas d’autre choix de les croire sur parole.

Sauf que moi, je ne crois pas un seul instant à cette version.

Lorsque les vélos Gobee sont arrivés à Bruxelles, je me suis immédiatement inscrit au service. J’ai payé ma caution, ouvert un compte, puis utilisé un vélo, puis deux.

Puis pas trois, car je n’ai pas eu besoin de plus d’expériences pour me rendre compte que les vélos n’étaient pas adaptés à la topographie des lieux. Car, voyez-vous, contrairement à ce que les nostalgiques du « plat pays » peuvent pensent, Bruxelles est une ville très vallonnée.

Bon, OK, ce n’est pas l’Alpe d’Huez mais quand même : l’utilisation d’un vélo sans dérailleur et sans changement de vitesse est totalement stérile ici. Sans compter que le vélo n’était pas de bonne qualité : des matériaux beaucoup trop fragiles pour ce type d’utilisation. Il suffisait de monter un trottoir un peu frontalement pour voiler la roue, comme l’a fait très involontairement devant moi un de mes amis.

En dehors du fait que le GPS n’était pas très au point (il fallait en général essayer de déverrouiller 4 à 5 vélos pour en trouver un qui communique avec sa base arrière), le produit n’était tout simplement pas adapté à la ville et à ce type d’utilisation. Au bout de ma rue, il y avait 5 à 10 vélos qui étaient là en permanence et qui le sont restés toute la semaine avant d’y être retirés par l’entreprise elle-même.

Le 9 janvier, quand j’ai reçu le message des dirigeants de Gobee pour signifier leur départ de Bruxelles, je suis resté totalement incrédule. Dans leur message, les utilisateurs sont les méchants, eux les victimes :

[Extraits] Malheureusement, parmi tous ces défis, un a réussi à nous faire trembler plus que les autres. Un comportement qui est arrivé aussi soudainement que brutalement et qui a dû nous faire admettre que certains n’étaient peut-être pas prêts pour ce changement.

Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter (…) 

Nous avons utilisé toutes nos ressources pour remplacer la flotte avec de nouveaux Gobee, en effectuant souvent de très lourdes réparations sur les vélos endommagés. Nous avons eu la conviction que le bon sens et l’utilité du service, accompagnés de votre soutien, allaient finir par faire de ce projet un succès.

Mais seulement quelques jours après avoir été déposés dans les rues, les nouveaux vélos et ceux réparés ont été à nouveau massivement et fortement endommagés. Nous avons dû affronter la triste réalité que notre vision de la mobilité n’était pas partagée par une minorité déterminée à nuire, et nous ne pouvons plus supporter ni le coût financier, ni le coût moral des réparations.

Franchement, je n’ai jamais cru cette version. Non seulement je n’ai jamais vu de mes yeux le moindre vélo vandalisé mais je ne veux pas croire que les belges, habitués à ce type de service (ici, ça s’appelle Viloo), plutôt civilisés et respectueux, puissent se comporter comme des sagouins et bousiller des centaines de vélos comme ça, gratuitement.

Quelques jours plus tard et alors que le service aurait pu bénéficier à Paris du retard du Velib, le même départ, les mêmes arguments larmoyants :

Malheureusement, notre bonne volonté et nos efforts n’auront pas suffi. Depuis la mi-décembre, c’est un effet domino de dégradations qui s’est abattu sur notre flotte de vélos partout où notre service existait en France

Encore une fois et même si je n’ai pas les moyens de le prouver, je ne crois pas une seule seconde à cet argumentaire. Je ne crois pas au soudain pic de vandalisme chez les français (pas plus que chez les belges) habitués depuis des décennies à utiliser des vélos en libre service. Je ne vois aucune raison pouvant expliquer cela.

Et puis, les utilisateurs sont malicieux : si les vélos Gobee avaient été massivement vandalisés, nous en aurions vu les photos sur les réseaux. Or, j’ai trouvé très peu de photos de ce type après avoir réalisé un scann minutieux avec Talkwalker. Quelques chaînes déraillées et des rayons de roues abîmés, pas de quoi crier au phénomène de masse et surtout, pas de quoi accuser les utilisateurs de malveillance : une chaîne peut très bien sortir de ses guides sans intervention humaine. Car si les vélos avaient effectivement été détériorés par les utilisateurs, à l’ère du web social, l’info ne serait pas venue de Gobee mais d’abord des clients rageurs de ne pas pouvoir utiliser le service. Et là, j’ai eu beau scanner les conversations en ligne depuis 3 mois en Belgique et en France, je n’ai rien trouvé de tel à une échelle suffisamment significative.

Le graphique ci-dessous est à ce titre éloquent : c’est la récolte de toutes les citations de Gobee sur l’ensemble de la toile française au cours du dernier mois. Ce que ce graphique montre bien, c’est que Gobee ne fut pas un sujet au cours de la période étudiée, ni le service ni l’entreprise n’ont fait l’objet de commentaires. Or, si le vandalisme avait été avéré et constaté par les utilisateurs, cela aurait automatiquement généré des pics de commentaires.

Gobee in FR

A l’heure où le moindre retard de RER provoque une avalanche de tweets, où un accroc dans une livraison provoque les foudres des internautes, il est surprenant pour ne pas dire suspect que des centaines de vélos vandalisés n’aient généré aucune manifestation sur les réseaux.

Non, la seule explication que je crois plausible est que nous assistons à un gigantesque plantage industriel d’une start’up qui a mis sur le marché un produit bas de gamme inapproprié, qui n’a pas mis en place les moyens pour assurer un service de qualité et qui, pour éviter de perdre la face, invoque le vandalisme en manipulant honteusement les observateurs.

C’est de la pure communication mais ça fonctionne : les médias semblent être tombés dans le panneau.

9 réflexions au sujet de « Gobee : Vandalisme massif ou manipulation ? »

  1. je suis tombé sur votre article par hasard. Je ne suis pas concerné du tout par ces histoires de vélos, que je trouve inappropriés en général dans une ville comme Paris (je me déplace en métro). Par contre je peux témoigner que tous les vélos verts (j’ai bien dit « tous ») que j’ai croisés dans les rues étaient vandalisés. Ca en était incroyable. La plupart du temps rayons de roue arrachés. Ou alors jeté par terre. Avec ma femme on a même cru à un complot « pro velib » tellement ça nous paraissait dingue. Voilà. Pour vous dire que ces gens ne racontent pas forcément des conneries (après je ne sais pas juger de la qualité d’un vélo).
    Bonne continuation

    J'aime

  2. Bonjour Christophe, apparement vous n’êtes pas de Paris pour avoir écrit cette article car l’information est facilement vérifiable de vos propres yeux 😉 je suis de boulogne ( juste à côté de paris) et chaque vélo que je croise est vandalisé (cadenas cassé, roue cassé,…), je peux facilzmekt vous envoyé des photos,,, normalement un journaliste vérifie ses infos sur le terrain 😉 il est vrai qu’un scan du net est un bon reflet de la réalité 😂😂😂

    J'aime

  3. Travaillant à Paris, je ne peux que confirmer que l’ensemble des vélos GobeeBike étaient le plus souvent cassés au niveau des roues arrières (rayons arrachés ou coupés…). Je ne peux rien dire pour les autres villes mais en tout cas à Paris l’ensemble de la flotte dans mon quartier (13ème) était vandalisée.

    J'aime

  4. J’ai jamais utilisé les gobee sur Paris.
    Début janvier c’est les concurrents qui étaient tous dégradés, pas de selles, pas de roue, ou tordue. Les concurrents dese sont retirés. Certains d’unesont restés (vélos argent et orange). Ils paraissent d’un gabarit ridiculement petit mais c’est les seuls que je vous utilisés.
    Depuis un mois les gobee sont dégradés, en pièces.
    Pas essayé le gobee en décembre qd le velib a commencé a m*** pas de vitesse, construction fragile sans avoir besoin d’essayer. Les réseaux le disaient d’ailleurs.
    Quand au Fake car absence de relais sur les réseaux, on perd suffisament de temps a chercher a utiliser les nouveaux velibs…
    Échec industriel oui. Beaucoup ont voulu se glisser ds la brèche, personne n’est à la hauteur. Je vois que ce n’est pas mieux a Bruxelles… Las !!!

    J'aime

  5. Bonne analyse. On peut effectivement se demander pourquoi seulement Gobeebike serait victime de vandalisme. Et pourquoi si majoritairement en France. Chaque année 15 000 vélos sont retirés des canaux d’Amsterdam. Certes sur près d’un million ça représente peu . Décidément l’analyse factuelle n’est pas le fort de la grande presse.

    J'aime

  6. Les vélos étaient massivement détruits, abimés ou inutilisables sur Paris et en proche banlieue. Certaines communes ont même organisé des enlèvements tant ils encombraient la voie publique.Sur les 500 mètres que je fais à pied entre mon domicile, et le métro, et le métro et mes divers rendez-vous, c’est chaque jour depuis des semaines entre 3 et 5 vélos que je trouve sur mon trajet, abimés, inutilisables. Et j’habite dans une banlieue plutôt sans problèmes (Boulogne). Si l’on considère qu’il y a 300 stations de métro parisien…

    J'aime

  7. Merci pour cet article.
    J’ ai moi meme ecrit a gobeebike plusieurs fois des le debut de leur sercice pour signaler des velos endomages, qui n’ont jamais etes repares.
    Un velo est resté abime en bas de ma rue plusieurs mois et a certainement fini par etre enlevé par les encombrants, ce qui a mon sens en dit long sur le soin apporte au sav/service clients.
    De plus gobeebike a sans aucune retenue, fait passer le Parisiens pour des vandales.
    Ce que nous pouvions percevoir comme du vandalisme, etait la plupart du temps, localisé sur la roue arriere, du a la presence du cadenas et a des rayons inapropries a ce type de verouillage.
    Bref, pas cool du tout gobeebike, ils ont fait passer plusieurs agglomerations pour une population de vandales a defaut d’admettre un defaut de conception dont ils etaient les seuls responsables.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s