Héritage Johnny Hallyday : Une passionnante bataille de communication

Décidément, Johnny Hallyday est un homme à part, au-dessus des autres dans la légende contemporaine française. Même après sa mort, il continue involontairement de nous offrir un spectacle hors du commun. Car depuis la disparition de l’Idole des jeunes le 5 décembre dernier, nous assistons à une fascinante séquence de communication que je ne pouvais pas manquer de chroniquer.

Premier acte : les funérailles
Les obsèques du chanteur ont été incroyables, uniques dans l’Histoire de France (avec un grand H). Un rassemblement populaire gigantesque, les plus hautes autorités de l’état en maîtres de cérémonie, des centaines de bikers en cortège, le tout-Paris et au-delà serré comme des sardines à la Madeleine, des torrents d’éloges, toute la musique qu’on aime, puis un exil posthume dans les Caraïbes pour quelques photos de plus. Les images d’un famille décomposée recomposée pour l’occasion avec deux camps, ceux du siècle dernier emmenés par Sylvie Vartan, Nathalie Baye, leur progéniture respective et celui des 20 dernières années du chanteur incarnées par Laeticia Hallyday et ses deux filles adoptives. Au milieu de tout ça, la foule des français, fans ou non, convaincus d’avoir perdu un pan de leur culture populaire.

Deuxième acte : la révélation du testament 
Rien de mieux pour retomber sur terre que le matériel. Quelques semaines après ce que l’on croit être un moment d’amour universel, l’information fuite : Johnny Hallyday aurait légué l’ensemble de sa fortune à Laeticia en vertu du droit applicable en Californie. Les deux premiers enfants seraient bonnement et simplement déshérités aux termes des dernières volontés de leur père. On est encore dans le conditionnel et dans la fuite mais cela va suffire à David et Laura pour commencer à communiquer. N’ayant pas peur de prendre le public pour des buses, ils ne parlent pas d’argent mais de cadeaux symboliques, de droit moral, l’une évoque une pochette de disque dédicacée, l’autre des guitares et des motos. On est dans le symbolique et l’émotionnel.

Troisième acte : la riposte
Emotionnel, mes fesses ! Sans dire le moindre mot dans un ascèse médiatique très intelligente, Laetitica fait fuiter des informations très concrètes et déballe au grand jour des arrangements de famille qui n’auraient jamais dû devenir publics. On y apprend que Laura Smet touchait depuis plus de 13 ans 5000 euros par mois de son père (soit 800 000 euros cumulés) et que David aurait bénéficié d’une cession de parts dans un hôtel particulier estimé aujourd’hui à plus de 10 millions d’euros dans le 16ème arrondissement de Paris. Certain que ces deux-là étaient à l’abri du besoin, le chanteur aurait décidé de léguer sa fortune à celle qui l’a accompagné pendant plus de 20 ans, Laeticia.

Quatrième acte : l’escalade judiciaire  
Dans une bataille de communication arrive toujours le moment où vous découvrez le vrai visage des protagonistes. Après le troisième acte qui n’est pas franchement glorieux pour David et Laura tant il les fait passer pour des adultes finalement incapables de s’assumer financièrement sans l’aide de Papa, les voici qu’ils montent au créneau pour revendiquer un droit de regard sur la sortie prochaine de l’album posthume. Après les enfants éplorés à l’unique recherche d’un symbole dérisoire, d’un petit geste, les voilà en producteurs putatifs et autoritaires, directeurs artistiques auto-proclamés, comme si l’ADN conférait à elle-seule le pouvoir de décider qu’un arrangement est bien conforme à la légende du chanteur défunt, chose dont, évidemment, Laeticia serait totalement incapable. Tout cela ne dupe personne, David & Laura salivent sur les droits à venir qui sont bien plus sonnants et trébuchant qu’un riff de guitare.

Cinquième acte : le débat public 
Toujours silencieuse et patiente, Laeticia laisse s’exciter ses opposants. Et ils s’excitent à l’image de Sylvie Vartan qui promet un grand déballage pour le JT de dimanche soir, Line Renaud qui dit qu’on ne sait pas tout, Daniel Hechter que l’on croyait mort (en tout cas moi je le croyais) qui enfonce Laeticia de l’avoir exclu du cercle, comme si une femme était obligée de recevoir à table les copains lourdingues de son mari, et Hélène Darroze qui vole au secours de son amie. Dans les prochaines heures, tout le monde aura un avis et se croira autorisé à le donner en public. Cela va devenir une détestable et impudique cacophonie.

Que faut-il retenir de tout ça sous l’angle de la communication ?

Loin de moi le projet de prendre parti pour les uns ou les autres sur le fond du dossier et si je me contente d’analyser cette séquence sous l’angle de la communication, je dirais pour le moment que Laeticia est pour le moment la grande gagnante de cette bataille et ce, pour une raison très simple : en s’abstenant de parler elle-même, elle fait parler son époux, Johnny Hallyday. Et ça, c’est très puissant.

Si elle s’était jetée la tête la première dans les médias, si elle avait publiquement commenté les arguments des uns ou des autres, on lui aurait reproché de donner son interprétation des dernières volontés de Johnny et les opposants auraient eu à coeur de le dénoncer en affirmant que Johnny n’était pas comme ci, comme ça. En ne disant rien, elle laisse d’une certaine manière le dernier mot au chanteur. Après tout, son testament est explicite, il est authentique, il reflète ce qu’il a souhaité. Tout le monde doit le respecter. Fin de la discussion.

Si Laeticia s’était exprimée, elle aurait perturbé la clarté du testament pas sa personne. Cela aurait été toxique pour sa communication car les gens y auraient vu un match David & Laura contre Laeticia. En s’abstenant de tout commentaire le plus longtemps possible et en se retranchant derrière le testament, Laeticia fait de ce combat un affrontement David & Laura contre Johhnny. Et ce combat-là, il est bien plus difficile à gagner.

Je ne sais pas quel va être le prochain acte de cette pièce mais, si j’étais le conseil de Laeticia et quelle que soit la pénibilité de l’épreuve, je lui conseillerais de continuer à ne rien dire, de laisser les chiens aboyer contre le fantôme d’un père qui a bien pris la décision de les déshériter.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s