Celio : la crise à l’ère du zapping

Le 4 février dernier, une internaute de Rouen, Nathalie Beauval, mettait en ligne une photo de vêtements de la marque Celio lacérés avant d’être jetés aux poubelles, un peu à la manière des denrées alimentaires que les supermarchés aspergent d’eau de javel pour les rendre impropres à la consommation, pratique qui a normalement été interdite par une loi de 2016, votée notamment suite à une forte mobilisation populaire à l’initiative de mon ami Arash Derambarsh.

Une photo…

Celio Rouen 4 fév 2018

Puis un message énervé :

Celio jette ses vêtements invendus. Il y a dehors des gens qui meurent de froid, qui n’ont pas moyens de s’acheter de quoi se vêtir décemment ..et Celio jette des vêtements . Bien entendu en prenant bien soin de lacérer chaque pièce … des fois qu’un « horrible nécessiteux » voudrait profiter de la poubelle de luxe de ce magasin.
La dernière fois rue du Gros Horloge, c’est l’enseigne « Courir » qui jetait ses chaussures après avoir bien entendu lacéré au cutter chaque pièce. Il y a des gens qui dormaient dans la rue à 30 mètres ……. 

Ces enseignes m’écoeurent. Jusqu’où notre monde va-t-il aller dans l’ignoble? On jette au lieu de donner à celui qui en a besoin et il faudrait trouver cela normal??? Et c’est sans parler du gâchis des ressources de la planète que l’on pille pour jeter à la poubelle .

Svp partagez ma photo et n’ hésitez pas à y aller de vos photos et de vos commentaires. On peut lutter contre ces pratiques en affichant comme il se doit ces enseignes immondes.

Rapidement, de nombreux internautes ont partagé, des journaux locaux et nationaux ont relayé l’information, générant un pic de reprises comme le montre le graphique ci-dessous constitué à partir des données fournies par Talkwalker.

Celio via Talwalker

On aurait pu imaginer une crise de réputation naissante, une interpellation de Celio en place publique, des appels au civisme et accessoirement au boycott, mais non, rien de tout ça ne s’est produit et la courbe ci-dessus montre que l’affaire est déjà sortie du radar des internautes, les mentions de la marque ont retrouvé l’allure d’un encéphalogramme plat.

Et pourtant, les médias en ont parlé : l’Express, France Bleu, LCI, Le Parisien, France 3, Europe 1, pour ne citer que ceux-ci. En réalité, ce petit événement est symptomatique de l’époque médiatique dans laquelle nous vivons.

Le rythme de l’information est un tourbillon qui, au-delà de nous empêcher d’opérer un tri dans ce que nous consommons intellectuellement, nous empêche de nous concentrer durablement sur un événement. Ce que les spécialistes appellent « l’infobésité » nous contraint au zapping. Un acte aussi détestable que celui-ci va générer une désapprobation immédiate et instinctive mais celle-ci va rapidement laisser la place à un autre événement. Et en l’espèce, on peut dire que les chutes de neige ont été une aubaine pour Celio.

En moins d’une semaine, une sidération légitime qui aurait dû provoquer une bruyante indignation devient malheureusement un non événement. Et l’enseigne de prêt-à-porter Celio peut continuer à lacérer ses invendus, au nez et à la barbe de sans-abris qui meurent de froid à quelques mètres de là.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s